Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PETIT-AUVERNÉ PATRIMOINE
  • PETIT-AUVERNÉ PATRIMOINE
  • : Un inventaire du patrimoine de la commune du Petit-Auverné (44) à partir d'une recherche documentaire.
  • Contact

Recherche

Liens

/ / /

Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et de la Loire inférieure, Tome 19ème, année 1880

 

DICTIONNAIRE ARCHÉOLOGIQUE

De la

Loire Inférieure

(Époque primitive, celtique, gauloise et gallo-romaine)

PAR

PITRE DE LISLE

Secrétaire de la Société Archéologique de la Loire Inférieure

 


 

P.157

PETIT-AUVERNÉ

CANTON DE SAINT-JULIEN-DE-VOUVANTES

 

Période celtique

Dolmen de la Couronne-Blanche.(Section du Tretre.) Cromlech ?

D La route qui va de Petit-Auverné à La Barre-David Traverse le village de la Provôté, de ce point en suivant un vieux chemin qui descend aux vallées de la Janvraie, on arrive à un large carrefour où se trouve une croix de pierre nommée dans le pays croix de la Grée. Je traversais un soir les pièces qui remontent au-dessus de ce pâtis, lorsque arrivé au sommet de la côte, je me vis tout entouré d’une légion de pierres blanches, bizarrement disséminées sur la surface des champs. Les unes étaient debout, les autres couchées à terre ; en m’avançant je vis qu’elles formaient une sorte de ronde autour d’un dolmen dont les pierres étaient d’un blanc pur et éblouissant. Au delà de cette enceinte, deux buttes élevées en forme de tumulus se détachaient sur le soleil couchant._ Je profitai des dernières lueurs du jour pour examiner un peu ma trouvaille.

Tout à l’entour du monument les terres avaient été nivelées par la charrue, et les tables du dolmen n’étaient plus en place. Cependant, les blocs de pierre amoncelées dans la chambre avaient dû protéger ce qui se trouvait à l’intérieur, et je me promis d’y faire des fouilles. Je fus confirmé dans ce dessein par la trouvaille d’une jolie flèche en silex jaune, très aiguë à la pointe et terminée par deux ailerons un peu recourbés du côté du pied ; elle était sur un des sillons, presque au pied du dolmen.

 

Fouilles du dolmen, 14 février 1879.

Un cercle de 55 mètres de tour (1) formé par des pierres en quartz blanc de formes allongées, entourent le dolmen. Cette belle couronne blanche, dont les fleurons sont presque tous abattus mais encore en place, occupe le sommet d’une grande pièce désignée au cadastre sous le n° 627 de la section E. Une autre ligne où se voit un menhir de 1m55 de haut, vient doubler la première enceinte dans la direction du sud-est. Puis des roches éparses çà et là descendent des pentes de la butte, et viennent rejoindre les pièces du Ménis.

Malgré la disposition un peu circulaire des blocs qui entourent le dolmen, je crois devoir mettre un point de doute en le signalant comme cromlech.

MMM Trois menhirs de cette pièce sont encore debout, et l’on peut reconnaître pour tels bon nombre des roches allongées qui sont abattues. (voir pl. VI)

Le 14 février 1879, je commençai les fouilles du dolmen. Après avoir enlevé un remplissage de pierres enchevêtrées de ronces qui couvraient l’intérieur de la chambre, je trouvai une couche de 30 cm d’épaisseur, composée de terre végétale mêlée de charbon et de fragments de poteries sans caractères intéressant. Le long des parois de la chambre cette couche s’arrêtait au roc schisteux ; mais dans toute la partie centrale la roche avait été entamée, pour donner plus de profondeur à la sépulture. Une épaisseur de 10 cm de terre rougeâtre et compacte, très différente du sol environnant, remplissait cet espace. C’est dans cette seconde couche, à des profondeurs variables, que j’ai trouvé, avec l’aide de mon frère Georges, différents objets désignés plus bas ; des ossements brisés et devenus friables étaient mêlées à ces terres et réduitss en petites parcelles. Pui des branches carbonisées paraissaient çà et là, ; l’une d’elle, longue de plus de 40 cm, passait sous le premier ùontant près de l’ouverture et venait ressortir en dehors du dolmen.

Tout au fond, une 3e couche composée d’argile jaune pâle, s’appliquait sur le roc de façon à en couvrir les inégalités. Nous reconnûmes bien vite l’utilité de cet enduit ; à mesure que nous l’enlevions, l’eau suivant la surface du rocher venait remplir le creux formé sur la tombe (2).

OBJETS RECUEILLIS DANS LA 2e COUCHE.

F 1° Une seconde flèche de 36 mm de long, très hardiment taillée avec des ailerons écartés et une soye longue et conique ; elle était placée devant la jointure des deux montant nord, à l’intérieur du dolmen. (voir pl. VI)

-2° Un outil en pierre polie (psammite) assez bizarre de forme ; il est cylindrique d’un côté et taillé de l’autre en forme de manche carré.

-3° Une lame de silex jaune, bien coupante et présentant trois méplats à la partie supérieure et sur l’autre une surface unie ; longueur 58 mm. Des silex tranchants, d’autres émoussés et retouchés par petits éclats sur les bords.

-4° Un broyeur en grès rugueux de forme sphérique et un peu aplatie d’un côté par le frottement.

-5° Des fragments de poteries très détériorés par l’humidité.

-6° Des os brisés et les charbons indiqués plus haut..

T Une hache en pierre polie, d’une roche assez rare (fibrolithe) et mesuraant 9cm de long m’a été remise par le propriétaire du champ où se trouve le dolmen.

Il est évident que le feu dont nous avons retrouvé les traces, avait été allumé avant qu’on ait dressé les pierres du dolmen, puisqu’un des montant était placé sur un des bois réduits en charbon. Ce feu avait sans doute servi à durcir l’argile qui forme l’aire de la chambre.

Seconde partie.- Lorsque nous eûmes achevé ces fouilles, il nous restait à examiner l’enclos formé par les pierres qui prolongent au nord les parements du dolmen. Trois blocs irrégulièrement placés formaient une seconde loge qui n’a jamais dû être bien fermée. Là nous n’avons point retrouvé les différentes couches de l’autre partie du monument ; de longues pierres plates en schiste tégulaire couvraient obliquement le centre de cette cachette. Orientée du nord au sud, elles étaient repliées les unes sur les autres de façon à se rejoindre au milieu, et des cales symétriquement disposées à chaque bout les retenaient en place ; après avoir enlevé ces dalles, nous trouvâmes une épaisseur de terre végétale bien homogène et très fine, contenant seulement un silex taillé ; puis au fond, une pierre plate plus grande que les autres, longue de 1m40 sur 45 cm de large, avec une échancrure de 12 cm taillée carrément sur un côté.

Il est évident que ces tables si bien disposées avaient servi à former une sorte de coffre pour recevoir une sépulture. Puis, les pierre d’ardoises ayant glissé les unes sur les autres, les ossements qui se trouvaient dans ce tombeau auront été écrasés sous le poids des dalles.

M Menhir de la Pierre Sonnante (3) Section E du Petit-Auverné

En partant du village de la Provoté , à 2 km à l’est du bourg ddu Petit-Auverné, on trouve un chemin qui passe par la métairie de la Rouaudais et aboutit à un large carrefour nommé Grée de la Piette.

Dans l’angle nord ouest de ce carrefour, se voit un beau menhir en grèss , de 2m72 de haut sur 1m50 de large à la base, et 83 cm d’épaisseur ; il est taillé en pointe et sur une de ses faces on voit une cavité arrondie de 20 cm de diamètre. Les gens du pays, les anciens seulement, prétendent qu’en appliquant l’oreille sur cette pierre on entend sonner l’heure. Aussi nomme-t-on ce menhir : laa Pierre Sonnante (voir plV, fig. 3)

 

M Menhir de la Sausaye.- Section F du Petit-Auverné (G. de Lisle.)

Ce menhir est debout et mesure 2m27 de haut sur 1m15 de large, il est en grès, et la pièce où il se trouve occupe le n° 581 de la section F de la Sausaye.

M ? A 10 m de là, une pierre longue abattue a sans doute été dressée autrefoi. Elle mesure 2m07 en longueur.

De l’autre côté du chemin, une autre pierre de grès mesure 2m80 sur 88 cm.

Près delà, on voit une chaussée en terre de 10 à 12 pieds de haut qui n’aboutit à aucun chemin.

Au n° 580 de la Sauzaye, 2 grosses pierres, l’une abattue près de la haie du champ, de 1m45 sur 90 cm. L’autre est piquée en terre et mesure 1m45 sur 95 cm. Elles sont en grès.

Alignement du Moulin-Violet.(section G)

MMM L’étang de la Forge Neuve contourne un coteau aride que domine le Moulin Violet. Au mois d’octobre 77, je trouvais en chassant près de ce moulin, un alignement composé de 7 pierres rangées en droite ligne. Le champ où elles se trouvent figure au cadastre sious le n° 65 de la section G de la Cantraie, et l’alignement occupe la ^partie sud du champ ; sa longueur est d’environ 30m et il va de l’est à l’ouest. (voir pl V, figure I)

Le premier menhir en partant de l’ouest mesure 2m15 de long sur 1m82cm de large et 30cm d’épaisseur, il est en quartz blanc, ainsi que les deux suivants dont le 1er a 3m34cm de long et 1m58cm de large ; l’autre s’élève de terre de 2m28cm ; sa circonférence est de près de 4m ; c’est le seul qui soit rester debout. Le 4e est taillé grossièrement dans une roche psammitique, bizarrement contournée et semée de parcelles de quartz blanc. Cette pierre, très intéressante par le travail qu’elle dénote et par la nature de sa roche , puisque nous n’en connaissons pas d’analogue employée comme mégalithe, mesure 1m10cm de long sur 1m40cm de large.

Le 5e menhir est en grès quartzeux et un peu caché par les terres. Les 6e et 7e sont en quartz, l’un de 3m10 de long sur 1m37 de large ; l’autre, le dernier à l’est, a 3m15cm sur 1m34.

Le 3e menhir est seul debout, mais ses compagnons en tombant ont conservé la régularité de leur première position. On dirait un front de bataille où un dernier soldat tiendrait tête à l’ennemi. Malgré cette fière contenance, il n’évitera pas le coup mortel. Les treuils et les chars de Louisfert (a)sont tout prêts pour l’enlever.

Signalons ^, pendant qu’il en est temps encore, une pierre debout, à l’angle du chaamp qui fait face au n° 65. Puis au n° 98, le Champ du Gros Cailloux, où se trouvaaitil y a une trentaine d’années un menhir de grande dimension qui a été brisé lors du tracé de la route neuve du Pet-Auverné.

TT ? Dans le même triage et faisant suite à l’alignement dans la pièce n° 64 de la même section, on voit deux buttes de 8 à 10 pieds de haut sur 12m environ de largeur à la base ; l’une, la plus à l’est, a été découronnée et l’on en a extrait d’énormes pierres employées à des construction ; de gros blocs de quartz ; à demi enfouis sous les terres, paraissent encore au sommet. L’autre est un peu plus élevé et n’a pas été touchée ; il est difficile de se prononcer sur la nature de ces tumulus. Les fouilles que nous comptons entreprendre sur ce point, nous renseigneront sans doute à ce sujet

Période romaine

TT Près du dolmen de Couronne Blanche, 2 tertre formés de terres mêlées de pierrailles, se dessinent très nettement encore malgré le passage de la charrue. Tout à lentour et sur la hauteur même de ces buttes, j’ai recueilli des poteries romaines et des briques à rebords.

Tb Je dois signaler en terminant, des tombes assez primitives de forme, trouvées au sude de la Riantais, dans une pièce triangulaire qui borde au midi la route de Petit-Auverné à la Barre David ; ces tombes étaient formées de palis en ardoise.

Tb J’ai vu, un peu au N. du bourg, des tombes semblables ; 4 pierres d’ardoise posées sur champ, supportaient un couvercle de la même pierre. Au lieu d’être petites comme celles du Val en Grand Auverné, elles ont assez de longueur et de largeur pour contenir un corps. La pièce où elles se trouvent, porte le nom de Champ des Huguenots, et tout auprès se voit une grange avec fenêtres taillées en ogives qui passe pour avoir servi aux prêches des protestants.

Un souterrain assez profond, et qui dit-on, vient aboutir à la cure, a été retrouvé en partie, il y a quelques années, dans une prairie au-dessus du bourg.

Cantons et lieuxx dits : les Roches, la Pile, la Combe, les Tertres, les Combettes, les Grands Fossés, la Grée, les Gats, le Pas Romai.

 

 

  1. Les gens des alentours ne donnent aucun nom à ces pierres; j’ai cru devoir baptiser ce monument du nom de Couronne-Blanche, pour le désigner plus aisément.
  2. Des quatre pierres composant le dolmen (2 au nord, une à l’est, une au sud), 2 ont été en partie renversée depuis peu par des paysans qui espéraient trouver le reste de notre trésor.
  3. Ce menhir est assez rapproché du dolmen de la Couronne Blanche.
  4. (a) note calvaire de Louisfert

     

      Croquis:

  5.   0-La couronne blanche -la Piete                                                                                                      0-Flèches Dolmen la Piette             

 

 

  

 La pierre sonnante

0-la Pierre sonnante la Piete

 

 

                                                               Alignements de Violet (au fonds: tumulus)

 0-alignement Violet

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0