Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PETIT-AUVERNÉ PATRIMOINE
  • PETIT-AUVERNÉ PATRIMOINE
  • : Un inventaire du patrimoine de la commune du Petit-Auverné (44) à partir d'une recherche documentaire.
  • Contact

Recherche

Liens

20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 13:21

Dans le "Haut du Bourg" la tradition orale évoquait le champs des Huguenots.

On rapporte que lors de travaux, notamment de l'arrivée du service d'eau, des tombes et ossements furent mis à jour.

 

Dans l'inventaire de M. Pitre de Lisle (1880) on peut lire:

Huguenots Pitre2

Ce qui, au détail d'orientation près (Est) correspond. Confirmation avec le cadastre de 1841 H503 est nommée "Champs des Huguenots".

Hug-cad 1841 H503 chp

 

  Dans "Les protestants du comté de Nantes XVIe - XVIIe", Roger JOXE, éd° Jeanne Laffitte Marseille 1982,

p.100 renvoi 299 :

[... Aujourd'hui encore, à la sortie de Petit-Auverné, une parcelle de l'Hôtel Guillaume-Roul est portée en jardin au cadastre sous le nom de Cimetière des Huguenots (section H, n° 73). Dans la cour de cette ferme , des tombes sont visibles à fleur de sol. Des morts ont été enterrés sans cercueil; des os, un crâne, des linceuls d'étoffe noire ont été recueillis, mais il n'y eut sûrement pas de foyer huguenots à Petit-Auverné. L'érudit castelbriantais CHAPRON, qui visita ce lieu supposa des Huguenots travaillant aux mines de fer des Épinards, à 1 500m de là. Si Huguenots il y eut.

Cf. Roger JOXE: " Le Protestantisme dans la haute vallée du Don" , annales de Nantes et du Pays nantais, n°145,1967, p;39.]

Cadastre 1934

Hug Cadastre 1934

 
Si la superficie diffère, la localisation correspond.

Situation 2011 ?

 
Une question sur l'article de M. Pitre de Lisle 

Qu'en est-il du souterrain reliant les Huguenots à la cure !

Si on prend comme référence l'époque étudiée ci-dessus (XV-XVI e siècle), elle n'était pas trop à l'oecuménisme ( voir édit de Chateaubriant du  21 juin 1551!). Alors relier les Huguenots aux Papistes!!

Il y avait curé et vicaires, où était localisée la cure durant cette période.

On sait que l'abbé Bédard curé entre 1775 et 1819, résidait à "la Bédardière au Nord des rues du bourg", mais avant ?

 L'auteur parle-t-il du manoir de la Renaudière propriété des Louvigné, puis des Trébuchet, il est devenu presbytère en 1831.  Les Condé -huguenots- propriétaires des forges de Moisdon ont-ils influencé les Louvigné, cheville ouvrière -avec les Trébuchet- de la création du site de la Forge?

Quelle batisse et quels habitants les ont précédés qui pourraient justifier une liaison "discrète"??

 

A propos de l'article de M. Joxe:

Selon les anciens propriétaires la batisse aurait abrité un relais de poste . Il y a-t-il un lien avec "Hôtel Guillaume-Roul"?

 

Repost 0